Épisode 68 – Les réalités du travail en France par Bruno Palier – (2/2) Des métiers et des salariés en souffrance

Mon invité, grand spécialiste de la protection sociale, des systèmes de santé et des retraites raconte que, dès 2003, il s’était interrogé sur les raisons pour lesquelles les Français ne souhaitaient pas travailler plus longtemps.

Il s’alertait déjà de la dégradation des conditions de travail, du recours à la sous-traitance, des modes de management stressants et du manque de reconnaissance témoigné aux salariés.

Vingt ans après, Bruno Palier, Directeur de recherche du CNRS à Sciences Po, a sollicité une soixantaine d’économistes et de sociologues qui ont accepté de contribuer à la rédaction d’un ouvrage collectif publié sous le titre « Que sait-on du travail ? » aux Ed Sciences Po.

Ses analyses de 2003 ont été confirmées par les travaux de tous ces chercheurs.

Dans la 1ère partie de son interview – mise en ligne le 8 janvier sous l’intitulé « Ep. 66 la stratégie du low cost » – Bruno Palier expliquait quelles politiques avaient été déclinées dans les entreprises pour alléger une masse salariale jugée trop coûteuse.
Dans cette 2nde partie, nous revenons plutôt sur leurs conséquences pour les travailleurs.
Nous avons choisi de parler plus particulièrement  :

  • de ceux et, surtout celles, qui occupent les métiers d’essentiels exercés avec des horaires atypiques et dont les rémunérations demeurent notoirement insuffisantes ;

  • des travailleurs d’origine étrangère auxquels est réservé « le sale boulot » ;

  • des salariés dits expérimentés, les 50-64 ans, qui mériteraient d’entrer en formation jusqu’aux dernières années de leur carrière ;

  • des 37% de travailleurs qui, dans une enquête récente de la DARES, considèrent qu’ils ne pourront pas tenir dans le même travail jusqu’à leur retraite.

La conclusion de l’épisode n’est pas pessimiste car elle laisse entrevoir des perspectives de négociation plus favorables. 
Je vous laisse le soin de la découvrir. Bonne écoute !

Références