FAIRE ENTENDRE ET COMBATTRE

LES DISCRIMINATIONS

DANS L’EMPLOI SUBIES PAR LES

FEMMES de  ± 50 ANS

Les femmes à l’approche de la cinquantaine sont frappées d’une double peine.
Elles sont confrontées aux difficultés rencontrées par tous les travailleurs catalogués  seniors .
En plus, en tant que femmes, elles portent le poids des inégalités femmes/hommes sur le marché du travail et de tous les préjugés liés à leur sexe.

Une grande vulnérabilité

Le dernier tiers de leur vie professionnelle est entaché par les retards accumulés au cours de leur carrière antérieure. Elles exercent souvent des emplois à temps partiel, sont moins promues et perçoivent des rémunérations inférieures. D’autres facteurs aggravent leur situation : les divorcées restent plus fréquemment seules que les ex-conjoints ; la prise en charge d’enfants pré-adultes, de parents et beaux-parents dépendants demeure une prérogative majoritairement féminine.

Les manifestations du sexisme

Leur emploi est affecté par d’autres particularités qui tiennent à l’éducation genrée, à l’orientation des filles vers des métiers et secteurs mal payés où les qualités dites féminines ont à s’exercer, au manque de confiance dans leurs capacités, au partage inégal des charges domestiques, aux injonctions de jeunesse et séduction gravées dans leurs têtes et leurs corps.

Leur invisibilisation

L’emploi des femmes de ± 50 ans, avec toutes les spécificités qui lui sont attachées, est un sujet très rarement traité. C’est la raison d’être de Plaff. Pour faire sortir de l’ombre ces inconnues, commençons par leur donner un nom : j’ai choisi de les appeler ici les majoractives.

À écouter sur Plaff
Plaff est l’acronyme de PLace aux Femmes Fortes.
Plaff donne la parole aux majoractives, aux salariées et bénévoles qui accompagnent les chercheuses d’emploi dans leur retour à une activité, aux recruteuses, chercheuses, universitaires, militantes et à toutes les femmes qui, ensemble luttent contre les stéréotypes âgistes et sexistes qui s’exercent sur le marché du travail. 

Rendez-vous chaque 8, 18 et 28 de chaque mois (facile de s’en souvenir 8 comme le 8 mars, journée internationale des droits des femmes)